Le portail suisse pour les sciences historiques

La fracture religieuse....

6. Mars 2019 - 7. Mars 2019 Add to calendar
Conférence

...au 19e siècle dans les cantons protestants de Suisse romande. Causes et effets religieux, politiques, culturels et sociaux

Au XIXe siècle, l’identité cantonale en Suisse est confessionnelle et la régulation religieuse, une prérogative de l’Etat. C’est pourquoi Genève, Neuchâtel et Vaud peuvent être définis comme des cantons « protestants ». Considérées comme « nationales », les Eglises réformées ont bénéficié durant le siècle d’un statut d’appareil idéologique d’Etat et le protestantisme a continué de façonner la culture populaire aussi bien que celle des élites, comme cela avait été le cas depuis « le temps des Réformes ». La place centrale occupée par ces Eglises a défini l’ensemble des acteurs des champs religieux cantonaux, dont le déploiement correspond à un rythme historique propre à chacun. L’encadrement religieux de la « nation » qu’elles assumèrent est encore peu étudié, et encore moins de manière comparée. Plus encore, on méconnait l’approche comparée de la « fracture religieuse » qui se manifesta entre dissidents et « nationaux » au milieu du siècle (Vaud 1847, Genève 1831-1849, Neuchâtel 1874) et les effets sociaux qui en découlèrent. Plus largement, le silence est presque total pour ce qui concerne l’histoire institutionnelle des Eglises d’Etat et celle des rapports qu’elles entretinrent au politique, à la société, à la culture durant la période contemporaine. Ce colloque étudiera le moment de rupture des champs religieux cantonaux au XIXe siècle, dans leur rapport au politique en particulier, et les effets sociaux et culturels immédiats qui en découlèrent. La fracture intra confessionnelle au sein du protestantisme qui intervient au milieu du XIXe siècle, avec l’émergence d’Eglises « évangéliques libres », paraît déterminante. Elle constitue un premier seuil de sécularisation-laïcisation, dont la teneur sera évaluée.

Organisé par: 
Christian Grosse (Université de Lausanne, Faculté de théologie et de sciences des religions), Sarah Scholl (Université de Genève, Faculté de théologie), Jean-Pierre Bastian (Université de Strasbourg) Soutenu par le Département interfacultaire d’histoire e

Lieu de l'événement

Université de Lausanne
Amphipôle - 318
1015
Lausanne

Informations supplémentaires sur l'événement

Coûts de participation

0.00 CHF