The Swiss portal for the historical sciences

CfP: Festival Histoire et Cité: Nourrir le mond

05.09.2022 Add to calendar
Call for papers

Le Festival Histoire et Cité organisera, du 28 mars au 1er avril 2023, sa 8e édition sur le thème « Nourrir le monde ». Dans ce cadre, en complément au travail mené par le comité de programmation et conformément au nombre limité d’événements et aux lieux, il est possible d’accueillir quelques propositions d’activités dans le cadre de cet appel à projets.

La nature festivalière de notre manifestation permet d’accueillir des activités artistiques, comme des performances, des lectures musicales, des expositions, des rencontres, des visites guidées mais aussi des conférences, des tables rondes et des ateliers.

Nous vous remercions de bien vouloir détailler la nature de votre projet en une page maximum, en indiquant également la personne responsable ; le titre (si vous le connaissez déjà) et le nombre des participant-es ; les éventuels coûts spécifiques.

Conférence: 40 minutes + 15 minutes d’échanges avec le public.

Table ronde: 60 minutes + 15 minutes d’échanges avec le public.

Maximum 4 personnes (modérateur/trice inclus-e et une seule personne hors-Suisse)

Café de l’histoire: 35 minutes et 10 minutes d’échanges avec le public (les cafés de l’histoire se déroulent dans un lieu ouvert situé dans la librairie historique du festival)

Flash conférences: conférence à plusieurs voix, chaque intervention n’excède pas 10 minutes.

Durée total 60 minutes + 15 minutes d’échanges avec le public

Autres formats (lecture, visites guidées, atelier) : 60 minutes (incluant les éventuels échanges avec le public).

Vous pouvez nous faire parvenir vos suggestions à l’adresse infomdh@unige.ch jusqu’au 5 septembre 2022. Nous vous remercions de préciser en objet de votre message : Proposition – Festival.

Dans un souci de cohérence et d’équilibre de genre des intervenant-es, les propositions seront examinées par le comité de programmation de l’édition 2023. Il est probable que tous les projets ne pourront trouver leur place dans le cadre limité du festival et nous remercions par avance de leur compréhension les personnes dont la proposition ne pourrait être retenue ou à qui nous serions amenés à formuler une contre-proposition d’activité.

Nourrir le monde
Fonction biologique essentielle – boire et manger, c’est survivre –, l’alimentation est également l’activité la plus structurante de l’évolution des groupes humains. C’est en « courant après leur nourriture » que les hommes et les femmes mirent en place les premières formes d’organisation sociale et réalisèrent de prodigieuses avancées culturelles. Moteur de l’histoire, l’acte alimentaire touche donc à la fois au plus intime – manger, c’est faire sienne une substance extérieure à soi – et au plus social et politique, à travers toutes les déclinaisons possibles de la convivialité.

Comment s’est posé, au fil du temps, le problème crucial de l’alimentation des populations ? Que nous apprennent les disettes et les famines ? Selon quelles modalités le développement du commerce alimentaire a-t-il articulé consommation locale et circuits mondialisés ? Qu’en est-il, historiquement, du gaspillage de nourriture et de l’épuisement des sols ? À quoi correspond la « nourriture du futur » de chaque époque ? Comment s’y est-on pris pour donner du sens à l’acte de manger ?

Le Festival Histoire et Cité souhaite replacer le boire et le manger dans une large perspective historique et transculturelle en cernant certains des enjeux majeurs qu’ils recouvrent. Des chasseurs×euses-cueilleurs×euses de la Préhistoire à l’industrialisation de la filière alimentaire le développement de techniques spécifiques vise tour à tour la recherche, la transformation, l’acheminement, la production, le stockage, la mise à disposition et la consommation de la nourriture. Dès l’origine, ces moyens épousent une quête de diversification propre à l’« omnivore opportuniste » qu’est l’être humain. À cette dimension matérielle, condition de survie de l’espèce, se superpose une dimension symbolique, religieuse et identitaire également déterminante. De fait, les humains n’ingèrent que ce qui est, de leur point de vue, culturellement comestible et selon la place qu’ils occupent dans la communauté. À chaque époque et à chaque groupe ses croyances, ses rites, ses interdits, ses prescriptions et ses représentations alimentaires. Pour devenir un aliment prisé, tout nutriment est passé au crible d’une grille de lecture socialement construite. Puissamment identitaire, la cuisine est le moyen par lequel les sociétés s’approprient les vivres pour les rendre mangeables et désirables. Ainsi, partager boissons et mets configure une appartenance commune, tout en cristallisant un moment privilégié de mise en scène de valeurs et de hiérarchies.

Pour être quotidien, l’acte de manger n’est nullement anodin. Il relève d’un ensemble de conceptions qui évoluent au gré de la disponibilité alimentaire – affectée par une relative abondance ou, au contraire, par des crises de subsistance de diverses natures – et des valeurs qui lui sont associées : mythes, croyances, sacralisation, peurs, doctrines médicales et sanitaires. Des plaisirs de la table à l’ascèse, de l’alcoolisme au sevrage, du cannibalisme au végétarisme, de la quête d’exotisme aux ressources du terroir, du banquet à la grève de la faim, de la diplomatie par l’assiette à la famine planifiée, des diètes à la malbouffe, du commerce triangulaire à l’autarcie, de la domestication des semences aux OGM – autant de rapports au corps individuel, social et politique qui méritent d’être interrogés.

Dans le cadre de son appel à participation, le comité de programmation du Festival Histoire et Cité suggère les axes suivants :

1) Corps ; régimes ; médecine

2) Production ; techniques ; industrie

3) Gouvernance ; commerce ; contestations

4) Sociabilité ; sensibilités

5) Représentations ; croyances

Organised by: 
Festival Histoire et Cité

Venue

Contact

Additional event information

Cost information

0.00 CHF

Registration information