Critique de l'économie numérique

31.08.2018 Add to calendar

Call for papers pour le panel "Critique de l'économie numérique", Journées suisses d'histoire, Zürich, 5-7 juin 2019.

Argumentaire:
« La condition du capital est le travail salarié. » En partant de ces prémisses Marx développa au 19e siècle sa théorie de la valeur ajoutée et, partant, la critique fondamentale la plus connue du système capitaliste. Pour expliquer pourquoi l’effondrement du capitalism,e présupposé par le matérialisme historique, n’est pas advenu, on évoque souvent le fait que la valeur ajoutée n’est pas générée uniquement par le travail humain. De nos jours, de plus sen plus souvent, on génère des profits par des programmes qui s’exécutent de façon autonome et par des (re)combinations de données. Alors que jusqu’à la fin du XXe siècle le progrès industriel était caractérisé par des gains d’efficacité dans les processus matériels de fabrication, au 21e siècle les entreprises dont la valeur boursière est la plus élevée sont celles au sein desquelles les moyens de production matériels sont devenus secondaires. A l’ère de la numérisation, la source de la richesse semble être les masses de données ainsi que les algorithmes qui les analysent.

Bien que les prophéties de Marx soient aujourd’hui difficiles à défendre sérieusement, d’autres aspects de ses analyses économiques et sociales restent passionnants et actuels. Par exemple Marx était bien conscient que le capital n’est pas une chose en soi, mais qu’il faut plutôt le considérer comme une relation sociale entre des classes, relation qui est médiatisée par le monde des objets et qui se reproduit dans des rapports de propriété asymétriques. Alors qu’autrefois la main d’oeuvre numériquement dominante était privée de pouvoir politique et économique et de développement personnel, en ce sens qu’un petit nombre de bourgeois pouvaient instrumentaliser le travail des classes laborieuses à des prix beaucoup trop bas pour leurs besoins, aujourd’hui quelques entreprises agrègent de façon massive et sans les rémunérer des données personnelles qui appartiennent en fait aux individus.

Le problème fondamental, semblable à la question sociale du XIXe siècle, est donc bien connu, mais les possibilités d'y remédier sont controversées. Toute aussi paralysée que dépendante, la masse de la population observe, impuissante, comment l’accès privilégié aux ensembles de données, devenue la ressource la plus puissante du présent, jette les bases pour de futures relations de richesse asymétriques.

Dans le cadre de ce panel, les processus mentionnés ci-dessus doivent être éclairés historiquement et analysés de façon prospective en ce qui concerne leurs conséquences pour les individus et la société. Quelles conséquences la fouille de données ou les prédictions calculées du comportement des utilisateurs auront-elles sur nous tous ? Dans quelle mesure est-il dangereux pour la paix sociale que les grandes entreprises récompensent ou stigmatisent certains comportements sur la base d'algorithmes, établissant ainsi une nouvelle discipline sociale ? L'intelligence artificielle menace-t-elle des professions entières et conduit-elle à de nouvelles formes de chômage ? La numérisation aliène-t-elle l'homme de lui-même, comme le travail en usine au XIXe siècle ? Y a-t-il même besoin d'une révolution quelconque pour préserver la liberté de l'individu en tant que condition préalable à une société libre ? Ou s'agit-il simplement de toiles de fond menaçantes qui, comme le spectre marxiste de l'effondrement du capitalisme, finiront par disparaître dans les airs ?

Envoi des propositions
Les résumés de max. 500 mots peuvent être envoyés jusqu'au 31 août 2018 à Christiane Sibille (christiane.sibille@dodis.ch).
Les contributions retenues pourront être publiées dans la Revue Histoire et Informatique.

Organisé par: 
Association Histoire et Informatique, Christianne Sibille, Martin Rüesch
Contact
Christiane Sibille
Lieu de l'événement
Universität Zürich
Rämistrasse 71
8006
Zürich
Zurich
Langues de l'événement: 
Allemand
Français
Anglais
Informations supplémentaires sur l'événement
Coûts de participation
Prix de l'événement: 
0.00 CHF
Inscription
Inscription via la personne de contact
Délai d'inscription: 
31.08.2018