Das Schweizer Fachportal für die Geschichtswissenschaften

Vient de paraître: L'Institut suisse de Rome. Entre culture, politique et diplomatie.

Les éditions Alphil viennent de publier une monographie consacrée à l'Institut suisse de Rome:

Noëlle-Laetitia Perret, L'Institut suisse de Rome. Entre culture, politique et diplomatie, Neuchâtel: Alphil, 2014, 492 p.

La rédaction d'infoclio.ch est à la recherche d'un auteur pour rédiger le compte rendu de cet ouvrage. Interessé(e) ?
Contactez-nous à l'adresse enrico.natale@infoclio.ch,

Présentation du livre:
Dès les années 1920, plusieurs tentatives de fonder une « académie suisse » à Rome échouent, par manque de moyens et d’une réelle volonté politique, mais aussi parce que les autorités fédérales craignent de privilégier l’une des langues nationales au détriment des autres.
Pendant la Seconde Guerre mondiale, l’engagement des diplomates suisses à Rome chargés de protéger les biens de la majorité des puissances en Italie, y compris les académies et instituts d’art et de recherche, contribue à consolider la conscience de l’originalité culturelle de la Suisse. Cette expérience vient nourrir le souhait de voir la Confédération représentée par une institution qui lui soit propre.
Dans le prolongement de longues négociations entre différents acteurs de la culture, de la politique et de la diplomatie, c’est finalement une initiative personnelle qui permet à la Suisse de sortir de son isolement et d’intégrer le réseau international des académies et instituts de Rome.
Dès 1945, Carolina Maraini-Sommaruga (1869-1959) fait connaître son intention de léguer à la Confédération sa splendide villa située sur la colline du Pincio
à Rome. Elle pose une condition à sa donation : la villa doit devenir le siège d’un institut qui accueillera de jeunes chercheurs et artistes suisses. Des activités devront également être organisées qui contribueront à développer les relations entre la Suisse et l’Italie et les institutions étrangères établies à Rome. Par ce geste, la donatrice entend honorer la mémoire de son mari, Emilio Maraini (1853-1916), homme politique et pionnier de l’industrie sucrière.
L’Institut suisse de Rome est officiellement inauguré le 19 avril 1949. Il a longtemps été l’unique institution de la Confédération en charge d’organiser une présence artistique et scientifique suisse à l’étranger. Il est, aujourd’hui encore, le seul centre suisse à l’étranger qui permet à des chercheurs et des artistes de vivre et de travailler ensemble en partageant un même espace.

Présentation de l'auteur:
Noëlle-Laetitia Perret, docteure en histoire médiévale, est chargée de cours à l’Université de Fribourg et chercheure du Fonds national suisse de la recherche scientifique à l’École pratique des hautes études (Paris) et à Rutgers University (New Jersey). Ses domaines de recherche sont l’histoire culturelle et l’histoire de la diplomatie, au Moyen Âge et à l’époque contemporaine.

Source: Site web des Editions Alphil